Le château de l'Escurays et son architecture

Le château de L’Escurays se situe rue de la Chataîgneraie à Prinquiau dans un parc de 25 hectares arrivant aux confins du centre-ville.

Son histoire est très ancienne puisqu’une photo aérienne du site de L’Escurays évoque avec une quasi-certitude la présence d’une ancienne motte féodale au sud du château actuel, remontant probablement au temps des invasions vikings du 9ème-10ème siècle.

Le château fut d’abord un manoir médiéval breton à la fin du XIVème siècle. Une étude dendrologique sur les poutres de la charpente médiévale du château réalisée en 2018 a prouvé que les arbres utilisés pour fabriquer cette charpente ont été abattus avec certitude entre 1385 et 1398 et utilisés aussitôt comme bois vert.

Une évolution au cours des années

Entre 1400 et 1600, ce fut donc un manoir fait d’un corps principal et d’une aile gauche en retour plus courte. A l’angle, entre l’aile et le corps de bâtiment, se situait le colombier, signe de noblesse, d’autant plus haut que le seigneur était important. 

Dans les années 1460, le seigneur de L’Escurays Jean du Cellier, était un personnage important, un peu le ministre des finances du duc de Bretagne à l’époque. Le manoir était entouré d’une enceinte fermée protégée par des douves.

Entre 1598 et 1608, René de La Lande et sa femme vont agrandir le manoir en prolongeant le corps principal, l’aile gauche déjà en place et en créant une nouvelle aile droite comprenant en particulier la Maison du Bienveillant qui était le gardien du château.

Croquis imaginé par M. Hémery selon les données historiques

Surtout, le château sera embelli de quatre lucarnes de pur style Renaissance avec des baies géminées et des frontons dont deux de type pyramidal (lucarne 1 et 3 à partir de la gauche) et deux en anse de panier (lucarnes 2 et 4), toujours présentes aujourd’hui, et visibles sur cette photo de 1906. A l’époque, les deux ailes étaient beaucoup plus longues que maintenant.

Lors de la révolution française, le château sera sérieusement abîmé. Le deuxième colombier situé à l’angle ouest de la cour sera détruit. Le colombier central du Moyen-Age sera remplacé par une tour pointue vers 1868.

Vers 1886, la longueur des deux ailes sera beaucoup réduite, les écuries notamment ayant été déplacées plus loin et construites dans le style architectural de la propriété de Fréderic-François Lemot à Clisson.

Au XXème siècle, le château gardera globalement l’aspect architectural des années 1600, mis à part les deux ailes plus courtes Vers 1910, l’aile Est sera largement modifiée les communs étant remplacés par des habitations. Après la deuxième guerre mondiale, le sommet de la tour pointue, délabrée, est rasée vers 1947.

Après le décès le 29 décembre 1993 du Comte Raymond de Maistre, dernier propriétaire et résident de L’Escurays, le domaine de L’Escurays est racheté par la mairie de Prinquiau en juin 1994.

L’association A.R.P.E. créée le 9 février 2009 travaille, en partenariat avec la mairie de Prinquiau, pour sauvegarder et réhabiliter le château de L’Escurays.

massa tempus felis libero. ut Praesent felis Praesent quis et,