Le château de  L’Escurays et son histoire

     Le château de L’Escurays,  haut lieu du patrimoine historique de Prinquiau, date de la fin du XIVème siècle. Mais auparavant, existait très probablement une  motte féodale,située juste au sud du château actuel, pouvant remonter aux invasions vikings des IXème-Xème siècle. En juin 2018, l’entreprise Dendrotech de Rennes, a prouvé que les arbres utilisés pour la charpente actuelle du château, dans sa partie médiévale, ont été abattus entre 1385 et 1398, et utilisés aussitôt comme « bois vert » dans les semaines ou mois après leur abattage. Le début du château remonte donc autour des années 1390. D’abord  manoir breton médiéval, il fut  agrandi au fil des siècles, surtout lors de la Renaissance bretonne vers 1600.

       Les propriétaires du château sont tous connus depuis Jean du Cellier en 1443 jusqu’au Comte Raymond de Maistre, décédé le 29 décembre 1993. En juin 1994,  la mairie de Prinquiau rachète le château et son domaine s’étendant sur 25 hectares.   

     Le 22 décembre 1997,  le château, le jardin clos et la motte féodale sont  inscris à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques. 

     En février 2009, l’association A.R.P.E. (Association Renaissance du Patrimoine de L’Escurays, partenaire de la mairie de Prinquiau est créée.

     En 2014, le  livre « Prinquiau et le château de l’Escurays » écrit par Robert Bioteau et la commission historique de l’A.R.P.E.raconte cette histoire du château de L’Escurays que nous allons maintenant  vous présenter.

Prinquiau avant l’Escurays

        Prinquiau,  Préhinquel en 1090,  Prinqueleau vers 1500, signifie « proche de l’eau », c’est-à-dire proche de la Loire. La Loire se trouvait effectivement  aux portes du village de Prinquiau à l’époque. Selon Loïc Lemerle directeur de l’Estuarium à Cordemais, dans l’antiquité, « l’eau semble donc bien avoir été à cette époque au pied de l’endroit où se situe le bourg de Prinquiau aujourd’hui, occupant vraisemblablement tout ou partie des marais su sud de Sem et de Linot ».

        Prinquiau se trouve dans la cuvette briéronne. La région, peuplée de forêts, va s’effondrer entre 6000 et 2500 avant J C. La mer va alors recouvrir la Brière et le site actuel de Prinquiau jusqu’à Cordemais, avant de se retirer progressivement, créant  les îles  et les marais de la Brière.

         Arriveront ensuite, à partir du Vème siècle avant J. C.  les Celtes, diverses tribus venus d’Europe centrale, dont les Venètes près de Vannes et les Namnètes sur le territoire de Nantes jusqu’à  Prinquiau. Les romains s’installeront au 1er siècle avant J.C. (bataille sur les Vénètes et Namnètes  en 56 avant J C). Avec le départ des romains en 410, les bretons de Grande » Bretagne, d’origine celte aussi,  chassés par les germaniques, viendront en Armorique, dans la partie nord -ouest surtout de l’Armorique, chez leurs cousinsceltes avec leur langue celtique, le breton. Le sud-est de la Bretagne, en particulier le comté de Nantes, restera sous le contrôle des francs et conservera le Gallo, langue d’origine latine, notamment à Prinquiau.

        A partir de 799 jusqu’en 936, les vikings pilleront la région en remontant la Loire  régulièrement. Prinquiau dépendait des Vicomtes de Donges au Moyen Age. On peut penser que la motte féodale de L’Escurays pouvait être un point de défense à l’entrée de la Loire contre les invasions vikings. Une photo aérienne du site, prise en 1976, suggère avec une quasi certitude, la présence d’une motte féodale à Prinquiau, inscrite aujourd’hui à l’inventaire des monuments historiques.

Nous n’avons aucune donnée historique concernant le site jusqu’en 1443.

Copyright © 2019 ARPE – Tous droits réservés

 

Jean du Cellier à L’Escurays en 1443

3) 028- Armoiries du cellier

« De gueules à la fasce de vair accompagné de trois quintes feuilles d’argent »

     Le début du château se situe autour des années 1390. Le premier propriétaire connu de L’Escurays est Jean du Cellier, propriétaire avec sa soeur Françoise en 1443. Ont-ils eu l’Escurays en héritage ? Peut-être. Jean du Cellier rend hommage aux seigneurs de Rieux,
vicomte de Donges, car l’Escurays dépendait de la Vicomté de Donges.
     Jean du Cellier est un personnage important, propriétaire de nombreuses terres sur Prinquiau et les paroisses voisines. Il est sénéchal de Rennes, premier président de la Chambre des Comptes, responsable des finances. Il est consulté par le duc de bretagne pour les décisions importantes à prendre. On connaît aussi un certain Jean du Cellier, « dépensier » chargé par le duc de Bretagne des travaux du couvent des Cordeliers à Savenay en 1431. Est-ce le même personnage que celui de L’Escurays ? Son père ?

     Un schéma, créé par Maurice Hémery, à partir des données historiques, nous fait imaginer ce que pouvait être le manoir breton médiéval de l’Escurays vers 1500.

     Au temps de Jean du Cellier, la Bretagne est indépendante. Anne de Bretagne, après la mort de son père en 1488, devient duchesse de Bretagne, puis reine de France en se mariant en 1491 avec Charles VIII et à nouveau en janvier 1499 avec Louis XII. Elle meurt en 1514.
Sa fille Claude de France se marie en 1515 avec François 1er. La Bretagne est rattachée à la France en 1532 et perd son indépendance. Les seigneurs de L’Escurays seront toujours nostalgiques de cette indépendance bretonne et seront toujours à la fois royalistes et bretons.

Le drapeau breton de Morvan Marchal représente les 9 provinces de la Bretagne, correspondant aux 9 évêchés du haut Moyen-Age avec les armoiries des ducs de Bretagne (11 hermines représentées) en haut à gauche.

Cheminée des années 1400 au château de L’Escurays

 Copyright © 2019 ARPE – Tous droits réservés

Le manoir médiéval devient un château de la Renaissance bretonne vers 1600

     René de la Lande et Françoise de Mareil, mariés en 1598, vont agrandir et embellir le château de L’Escurays. Il avait été abîmé lors des guerres de religion vers 1590 mais non détruit car les seigneurs de L’Escurays étaient catholiques.
    Avec le développement du commerce, la Bretagne s’ouvre aux idées nouvelles de la Renaissance. Le château présente les caractères d’une gentilhommière Renaissance avec de grandes ouvertures, laissant entrer la lumière, selon des rapports mathématiques.
     Le manoir va voir son corps principal agrandi et deux ailes vont être construites entre 1599 et 1608. C’est une période de prospérité à L’Escurays. De nombreuses terres sont achetées entre 1599 et 1605.

   

 

     

 

    La tour comportait toujours son pigeonnier vers 1600, remplaçée par cette tour pointue en 1868. L’élément pointu sera rasé après la seconde guerre mondiale vers 1947.
     En 1600, les deux ailes étaient beaucoup plus longues que maintenant comme le confirme les
plans cadastraux.

Sur cette photo de 1906, nous retrouvons, en jaune pâle, la partie médiévale du manoir breton, en noir les extensions (corps principal et les deux ailes) réalisées vers 1600, sauf la bibliothèque cachée derrière le prolongement de l’aile droite, plus récente (1730).

             Plan cadastral de 1825                                Plan cadastral actuel

Quatre lucarnes Renaissance seront posées vers 1603 au niveau de la cour nord.

     La partie inférieure des quatre  lucarnes présente une baie géminée typique de la Renaissance assez semblable. Par contre, les frontons, (partie supérieure des lucarnes) sont de deux types : de type « pyramidal » pour les lucarnes 1 et 3 et de type « en anse de panier » pour les lucarnes 2 et 4.  La symétrie et l’harmonie s’imposent toujours à la Renaissance.

10) 013-P1030109

Lucarne 1 sur l’aile est du château, restaurée en 2014,avec sa baie géminée et son fronton pyramidal, surmontée de deux grotesques.

Copyright © 2019 ARPE – Tous droits réservés

Prospérité de courte durée au XVIIème siècle

     

René de la Lande va mourir en 1608 et Françoise de Mareil en 1613, laissant deux orphelins mineurs à des tuteurs qui auront une gestion du domaine catastrophique.

Leur petite-fille, Renée, complètement ruinée, quittera L’Escurays en 1667 et le château sera vendu à un étranger, Jean de la Bourdonnaye.

Le château sera la propriété de la famille de la Boudonnaye durant 85 ans. Mais Jacques Danguy, descendant de Jean de la Bourdonnaye, va se marier avec Louise Le Flo de Trémolo, la petite-fille de Renée de la Lande, ruinée en 1667.  Le château de L’Escurays reviendra ainsi dans la famille des seigneurs de L’Escurays en 1752.

 

Les chevaliers Espivent arrivent à L’Escurays

Jacques Danguy et Louise Le Flo de Trélolo auront 8 enfants.  Deux filles vont se marier les chevaliers Espivent :

            – Emilie Louise Danguy va se marier à Denis – Jean Espivent de la Villeguevraye et s’installer à L’Escurays en 1768

            – M. Madeleine Danguy va se marier avec Antoine – Guillaume Espivent de Perran, frère de Denis – Jean Espivent.        

    Le père des deux frères, Antoine Espivent de Villeboisnet, est  issu d’une famille noble bretonne de St Brieux, venu sur Nantes en 1717 pour le commerce triangulaire. Le commerce triangulaire se faisait entre trois continents : L’Europe  –  l’Afrique (achat des noirs) et les Amériques, (Saint Domingue en particulier au 18ème siècle), avec vente des esclaves noirs et achats d’épices de pierres précieuses… revendues en Europe.  Les deux frères, Denis-Jean et Antoine-Guillaume Espivent  feront du commerce en droiture à Saint Domingue mais pas de traite négrière.  C’est donc une famille riche et prospère qui arrive à L’Escurays.

L’arbre généalogique met en relief le lien de parenté entre les chevaliers Espivent qui se sont succédés à L’Escurays ;  Denis-Jean Espivent de la Villeguevraye, son neveu François Espivent de Perran et son petit-fils Denis Espivent de Perran (fils de François). Ils vont marquer la vie de Prinquiau entre 1768 et 1891, en tant que chevaliers dans l’esprit du Moyen Age, au service de la population. 

         Denis-Jean Espivent de la Villeguevraye  apporte la richesse à L’Escurays, achète des terres, des propriétés. Il s’opposera avec acharnement à l’assèchement des marais de Brière, défendant les briérons qui veulent conserver leur liberté sur leur propriété indivise de la Brière accordée par le duc François II en 1461 avec droit d’usage sur la tourbe, la pêche, la chasse, d’autant plus que l’assèchement est réalisé par la compagnie Debray, entreprise hollandaise, étrangère et huguenot.   Il est sur le point d’acheter un hôtel sur Nantes.  Mais arrive la révolution de 1789.  Noble breton et royaliste, Denis -Jean Espivent de la Villeguevraye s’engage dans les armées royales de Condé. Il est fait prisonnier.  

13) 040d

La Marquise de la Rochejacquelein

             Au soir de la bataille de Savenay, arrive à L’Escurays la Marquise de la Rochejacquelein, accueillie par le régisseur, Mr Ferré et sa femme. Elle devra quitter les lieux dès le lendemain matin, pourchassée par les révolutionnaire qui, furieux de l’avoir ratée,  vont détruire la tour d’angle du château et piller le château. La Marquise restera cachée 6 mois sur Prinquiau et les villages environnants avant de retourner dans son Médoc natal et écrire « Les mémoires de la Marquise de la Rochejacquelein »,  le best -seller le plus lu au XIXème siècle.  La femme de Denis-Jean Espivent  et ses filles, en décembre 1793, étaient alors enfermées en prison d’abord à Nantes puis à Blois. Elles y resteront 6 mois.

            Lors de son retour à L’Escurays , en 1794, un supposé libérateur de son mari lui fait vendre  ses terres pour libérer son mari. Il ne reviendra qu’en 1803. Fatigué, il va mourir en 1808. La fortune de L’Escurays a disparu.

            Son neveu, François Espivent de Perran, marié avec sa fille Aimée, s’installe à L’Escurays en 1811. C’est un marin redoutable.  Durant la révolution, il fait la chasse aux navires anglais, jusque dans le pacifique et en Inde, car il ne supporte pas la suprématie anglaise sur les mers. Pour lui, l’Angleterre est responsable de la révolution française. Après avoir capturé deux navires anglais chargés de marchandises, il arrive devant Saint Nazaire avec son immense butin, mais à cause du brouillard, il ne peut se mettre à l’abri le soir dans le port. Au petit matin, le brouillard se lève. Il est capturé par les anglais et fait prisonnier sur les pontons anglais. Il y restera prisonnier 10 ans jusqu’en 1803. A partir de 1813, il sera maire de Prinquiau, dévoué pour sa commune, jusqu’à sa mort en 1823.

            Denis Espivent de Perran, le fils de François de Perran et petit-fils de Denis-Jean Espivent  de la Villeguevraye, prend la succession  de son père à L’Escurays. Il passera pratiquement toute sa vie à L’Escurays de 1806 à 1891, sauf durant ses études qu’il abandonnera à la mort de son père en 1823. Toute sa vie, il sera au service sa commune et de ses habitants. Breton et royaliste comme ses ancêtres, il va soutenir La duchesse de Berry en 1832, lorsque celle-ci  a voulu soulever les vendéens pour remettre sur le trône de France, son fils, le Comte de Chambord, le dernier des bourbons. Le Comte de Chambord avait été exclus du pouvoir par Louis Philippe d’Orléans dont le père Philippe Egalité avait voté la mort de Louis XVI, le bourbon. Denis Espivent ne peut supporter le régicide et prend les armes avec les paysans de Prinquiau pour remettre le Comte de Chambord sur le trône. C’est un échec.  Il sera emprisonné 6 mois dans les prisons de Nantes.

            A son retour, il est nommé maire de Prinquiau et va se dévouer pour ses habitants. Botaniste renommé, il soigne gratuitement, jour et nuit, les malades venant le consulter, allant même la nuit à domicile. Soucieux de l’instruction des enfants, il paie l’instituteur le jeudi sur ses propres deniers pour que les enfants démunis puissent être instruits.

            Ce sera  aussi un grand bâtisseur. L’Escurays retrouve enfin la prospérité. A partir de 1851, ne supportant pas Napoléon III,  il ne peut chanter le Te Deum imposé à la fin de la messe et chanté en honneur de l’empereur.  Aussi, quitte t-il  l’église, ostensiblement, par l’allée centrale, avant que ne soit entonné le Te deum.  Il refusera aussi  la charge de maire, restant seulement conseiller ou adjoint, pour ne pas signer les actes demandés par l’empereur. Longtemps célibataire, il se marie en 1849, à l’âge de 43 ans. Il aura deux enfants. Son fils aîné mourra en 1871 dans l’armée des zouaves pontificaux et son deuxième fils décédera, comme maire, en 1887 quelques années avant lui.

Copyright © 2019 ARPE – Tous droits réservés

Au XXème siècle, la décadence progressive

         La petite-fille de Denis Espivant, Yvonne Espivent de Perran, hérite de L’Escurays après le décès de son père en 1891 et de sa mère en 1894. Mariée au Comte Géraud de Rochechouard, descendant de la Marquise de la Rochejacquelein, elle va dilapider les biens de ses parents. Elle meurt en 1916.

Sa fille, Odette de Rochechouard, marié au Comte Joseph de Maistre, devra vendre des terres régulièrement à partir de 1920. Les fermes seront  vendues progressivement à leurs anciens métayers jusqu’en 1963. Lors de la guerre de 1939-1945, le château sera réquisitionné en partie par les officiers allemands, la troupe étant installée dans les bois du parc.

            En 1976,  restent 25 hectares de terres autour du château quand Raymond de Maistre, célibataire, va hériter à la mort de ses parents. Son frère aîné, Henri, rentré dans les ordres, héritera le 29 décembre 1993 à la mort de son frère Raymond. Mais ne pouvant payer les charges, il demandera  à la commune de Prinquiau d’acheter le domaine, ce qui sera fait en juin 1994.

 

La création de l’A.R.P.E.

            Le domaine, sans possibilité de restauration, se dégrade  régulièrement depuis 1994. En 2008, il est décidé de créer une commission extra-municipale, appelée « Avenir Escurays ».  On s’aperçoit très vite que cette commission rattachée à la municipalité ne peut avoir les moyens d’agir. Une réunion publique a lieu le 10 novembre 2008 d’abord pour informer la population , puis, pour avoir un avis consultatif sur la création d’une association. Le public, au nombre d’une centaine de personnes, approuve le projet. Un conseil d’administration  de 16 personnes est élu. Ce sera « L’Association Renaissance du Patrimoine de L’Escuray ». L’association, reconnue d’utilité publique par la direction régionale des impôts, permet aux donateurs d’avoir une réduction d’impôt de 66%. Le premier conseil d’administration se réunit le 26 novembre 2008.  Jean-Yves Criaud en est le premier président.

            Depuis 10 ans, grâce au travail des bénévoles de l’A.R.P.E , au  financement apporté par l’A.R.P.E. et la mairie, le château de L’Escurays est sauvegardé.           

Le château en 2009

  Le château en 2018

Poursuivons la rénovation du château de L’Escurays afin de transmettre aux générations futures ce magnifique patrimoine historique de Prinquiau.

Copyright © 2019 ARPE – Tous droits réservés

nunc ut ipsum Donec non felis